En hommage à Joseph NTAMAHUNGIRO

 

par M. DONNET

 

NDLR: Le journaliste Joseph NTAMAHUNGIRO, ancien directeur de la Radiotélévision burundaise (RTNB) et ancien collaborateur au sein du Réseau européen pour l'Afrique Centrale (EurAC), est décédé à Ixelles (Bruxelles) le 31 octobre 2018. L'Abbé Michel DONNET, qui l'a bien connu, lui rend hommage en ces termes :

 

Un grand homme que ce Joseph, qui a fait l'amitié de partager avec moi tant de belles choses ! Je ne raconterai pas sa vie, d'autres mieux compétents que moi pourront le faire. Simplement je vous dirai ce que Joseph fut pour moi, tant au Rwanda qu'en Belgique.

J'ai rencontré Joseph dans le cadre de la vie de la revue Dialogue, au temps où Ekke existait encore et où nous nous réunissions chez les Pères Dominicains, à Nyamirambo. Joseph était le secrétaire exécutif de la revue et je faisais depuis peu partie du comité de rédaction. Il s'agissait de préparer la parution des différents numéros de la revue en donnant notre avis sur le contenu et la forme des articles envoyés de différents horizons. Joseph avait comme tâche de collecter tous ces avis et donc de mettre en forme le numéro à paraître. Je me souviendrai longtemps d'un article concernant le délicat problème de la limitation des naissances. Un article ne me plaisait pas à cause de la manière dont le problème était abordé, mais la majorité du comité l'avait approuvé et l'article est donc paru dans le numéro spécial concernant le difficile problème de la démographie galopante au Rwanda. Une fois le numéro sorti, je crus de mon devoir d'envoyer à la rédaction une courte réaction disant mes réticences face à l'article incriminé. La réunion suivante, se posa l'épineux problème : un membre du comité de rédaction, comité qui avait approuvé l'article, pouvait-il se poser en contradiction avec ce qu'il était censé avoir approuvé ? Et Joseph trouva la solution : ma réaction paraîtrait,  mais sous le nom d'un certain "Donati" (forme revue et corrigée de mon nom de famille). Pour Joseph, depuis ce temps, je suis devenu "Donati".

Et puis, vint le coup d'État au Burundi qui conduisit à la magistrature suprême le Hutu Melchior NDADAYE. Joseph fut appelé par lui à rejoindre Bujumbura pour prendre en main la direction des services de l'information. Prudent, Joseph préféra partir seul au Burundi, laissant son épouse et ses enfants à Kigali. Bien lui en prit, car le Président NDADAYE fut assassiné quelques semaines à peine après sa prise de pouvoir. Inutile de vous dire que les amis de Joseph qui vivaient au Rwanda vécurent dans l'inquiétude car nous n'avions pas de nouvelles de Joseph, retenu au Burundi dans un  pays proche de la guerre civile. Je me souviens être allé aux nouvelles à Kicukiro où habitait son épouse. Celle-ci me rassura, car les échos qui lui parvenaient du sort de son mari n'étaient pas alarmants. Joseph put ainsi rentrer assez rapidement au Rwanda.

Et puis, il y eut les terribles et tragiques  événements du génocide au Rwanda (1994). Joseph et sa famille purent prendre la route de l'exil et nous nous retrouvâmes en Belgique, où la revue Dialogue, provisoirement éditée à Bruxelles, renaissait de ses cendres. Nous nous revîmes donc régulièrement dans le cadre du comité de rédaction, jusqu'au jour où, faute de moyens, la revue cessa de paraître.

Mais cela ne coupa pas les ponts et nous pûmes régulièrement nous rencontrer pour fêter un anniversaire ou simplement  partager un bon repas. La dernière rencontre se vécut à l'occasion de l'anniversaire de Joseph (70 ans) et du mien (80). Nous avions regroupé les deux anniversaires dans une date unique qui arrangeait tout le monde. Ce fut, hélas, notre dernière rencontre. Mais nous correspondions par mail réguliers. Le dernier mail que Joseph m'envoya concernait la préparation du mariage d'une de ses filles avec un jeune Haïtien rencontré par elle dans le cadre de leurs études. Joseph me demandait de les préparer à cet événement important.  Nous devions donc nous rencontrer le 11 novembre. Or cette date, nous ne le savions pas à ce moment-là, était le surlendemain des funérailles de Joseph. Au moment où je vous écris, j'attends les fiancés pour ce dimanche 25. Bien sûr nous parlerons mariage, mais aussi et surtout nous évoquerons Joseph, ce qu'il fut pour eux et pour moi. Un grand  homme, aux idées larges, aux dimensions du monde, qui a consacré sa vie à comprendre l'Homme dans toutes ses dimensions, individuelles et collectives.

Que le Seigneur l'accueille dans son Royaume, et qu'Il donne à son épouse et à sa famille les forces  nécessaires pour vivre cette séparation douloureuse.

NDLR : On pourra trouver d'autres témoignages en cliquant ici.

mis en ligne le 18 décembre 2018

Evaluer cet article
(0 votes)
Lu 95 fois

Laisser un commentaire

Assurez-vous que vous entrez les informations obligatoires (*) l'endroit indique. Code HTML n'est pas autorise.

Bonne Visite

 

L'Africain

Rue L. Bernus 7

6000 Charleroi

+32 71 313 186

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

NEWSLETTER

Bonjour, Veuillez entrer vos données pour vous inscrire à la newsletter.
captcha 
Merci pour votre inscription.