Effets du marché noir de change sur le plan économique en RD Congo

                                     

Par Martin MUZALIWA KALINDE

La pratique du marché noir de change qui s’est développée en RD Congo  a entraîné, sur le plan économique, diverses distorsions, notamment, la hausse de prix des biens et services, le dualisme et l’instabilité du taux de change, la sous-évaluation de la monnaie nationale, l’affaiblissement du pouvoir d’achat des consommateurs, la volatilité du taux de change, le non rapatriement des devises provenant des activités  d’exploitations, etc.

I. La hausse des prix de biens et services

En RD Congo en général et dans la ville de Bukavu en particulier, les prix des différentes marchandises sont fixés en fonction du taux du jour. Ce dernier n’est rien d’autre que le taux du dollar américain qui prévaut sur le marché parallèle.  Ainsi, pour se protéger contre le risque d’inflation, les entreprises commerciales et les opérateurs économiques fixent les prix de leurs produits et services en fonction du taux parallèle et non celui indiqué par la Banque Centrale du Congo (BCC), ce qui provoque une hausse de prix des biens et services.

Il s’ensuit dès lors que cette pratique du cambisme de rue constitue un facteur de hausse des coûts des objets importés, l’importateur faisant répercuter toutes ses charges et ses risques de change sur le consommateur final.

En effet, bien que le taux de change soit indiqué par la BCC, il convient cependant de souligner que les prix des biens et services ne sont pas indexés à ce taux officiel mais connaissent une hausse qui rend sensible le fossé entre le taux indicatif et celui entretenu par le marché parallèle.

II. Disparité du taux de changes

Sur les différents marchés parallèles de change en RD Congo, se change la monnaie nationale contre les devises étrangères et inversement à un taux de change souvent généralement différent de celui arrêté par la BCC, ce qui implique l’existence d’un dualisme ou d’une multitude de taux de change.

Par ailleurs, l’existence de ce double ou multiple taux de change est de nature à entraîner à son tour une instabilité du cours de change dans le pays. En effet, le marché parallèle de change a pour effet de creuser sur le terrain du contrôle de la masse monétaire, contrôle sans lequel il est pratiquement impossible de parvenir à stabiliser la monnaie nationale et à maîtrise l’inflation.

III. La sous-évaluation de la monnaie nationale

L’une des différences caractéristiques entre les marchés indicatif et parallèle en matière de change peut être appréhendée au niveau du taux de change fixé par ces deux marchés de change. En effet, il a été constaté que le marché officiel de change surévalue la monnaie nationale alors que le marché parallèle, quant à lui, sous-évalue la monnaie nationale. Conséquence, plus les vendeurs des devises sont attirés vers le marché parallèle, et plus celui-ci se développe.

Il s’ensuit dès lors que la politique monétaire actuelle de la RD Congo a pour conséquence de surévaluer artificiellement la monnaie nationale sur le marché indicatif de change tandis que sa valeur se trouve sous-évaluée sur le marché parallèle.

Cette rigidité irréfléchie en la matière a pour conséquence de provoquer de sérieuses distorsions financières, des désordres monétaires dont l’impact et les effets pervers pénalisent notre économie fortement délabrée, augmentant encore plus la misère de la population congolaise dont le pouvoir d’achat ne cesse de s’amenuiser dangereusement, de suite d’une inflation incontrôlée.

IV. L’affaiblissement du pouvoir d’achat de consommateur

Le cambisme de rue entraîne aussi pour conséquence l’affaiblissement du pouvoir d’achat des consommateurs. Cet affaiblissement du pouvoir d’achat du consommateur résulte du fait que les prix de la plupart des produits et services sont fixés en fonction du taux parallèle.

De suite de ce phénomène et sa marginalisation sur toute l’étendue du territoire national, la population assiste à la dégradation générale de ses conditions de vie et à l’effritement de son pouvoir d’achat.

 

 Mis en ligne le 20 juillet 2018

Evaluer cet article
(0 votes)
Lu 283 fois

Laisser un commentaire

Assurez-vous que vous entrez les informations obligatoires (*) l'endroit indique. Code HTML n'est pas autorise.

Bonne Visite

 

L'Africain

Rue L. Bernus 7

6000 Charleroi

+32 71 313 186

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

NEWSLETTER

Bonjour, Veuillez entrer vos données pour vous inscrire à la newsletter.
captcha 
Merci pour votre inscription.