D. MBIRIBINDI, SJ, un chemin des béatitudes. Monseigneur Christophe MUNZIHIRWA, SJ, Jésuite, Évêque et Martyr de la paix.  Kinshasa, éditions Loyola, 2017. 192 pages.

Par Camille MUKOSO, SJ

 

La parution d’un nouveau livre suscite toujours un réel plaisir, surtout lorsque le livre est vraiment nouveau. Un chemin des béatitudes du Père  Dieudonné MBIRIBINDI, SJ constitue une nouveauté dans son écriture, celle de l’histoire passionnante d’un homme au parcours exceptionnel devenu, tour à tour, abbé, jésuite, évêque et martyr et qui ne laisse personne indifférent.

Le livre comprend trois parties articulées en sections. La première partie, "Christophe Munzihirwa : Jésuite", s’ouvre  par une petite notice consignée dans l’agenda du martyr : " La vie, a dit un philosophe, est une phrase, dont on ne comprend le sens que lorsque le dernier mot est dit " (p.25). C’est à la lumière de cette balise combien évocatrice que l’auteur passe au peigne fin l’itinéraire d’une vie ancrée dans l’expérience des Exercices Spirituels, dans leurs appels fondamentaux, et qui se dévoile, en dernière analyse, comme un chemin des béatitudes (p 49). La plume polymorphe de l’auteur, joignant à la fois des sources historiques, religieuses et spirituelles, s’arrête avec un accent particulier sur quelques événements marquants, voire décisifs, de la vie de feu Monseigneur Christophe MUNZIHIRWA, SJ.

Tout d’abord, ‘le changement de cap’ survenu cinq années après son ordination sacerdotale, en 1963.  L’Abbé Christophe MUNZIHIRWA décide de devenir jésuite (p. 35). Cette année est très déterminante, car l’Église accueille le nouveau Pape, Giovani Battista MONTINI qui prit le nom de Paul VI (p. 35).  Elle est  aussi l’époque où la Compagnie de Jésus en RD Congo commençait à s’assumer comme province autonome et indépendante avec pour Provincial le Père Victor MERTENS (p. 35). C’est aussi le temps de la deuxième session du concile Vatican II avec son lot de changements dans la vie de l’Église et des crises de vocations de ceux qui ne pouvaient supporter le processus d’Aggiornamento (p. 37).  Mais ce qu’il faut surtout noter c’est que, c’est cette année-là, et pour la première fois, deux jésuites africains furent envoyés au collège Alfajiri, les Pères P. MULOWAYI et J.B GASENGE.  Pour l’auteur, cette présence africaine aurait, sans doute, motivé l’Abbé MUNZIHIRWA, lui faisant prendre conscience qu’il était bel et bien possible d’être noir et devenir jésuite.

Ensuite, c’est l’expérience fondatrice du noviciat (pp. 41-50). C’est au cours de ce temps de formation et de probation que  se construiront chez le nouveau novice l’homme et l’apôtre qu’il sera, si bien que son agir en dira long dans les étapes de formation qui vont suivre le noviciat et dans les expériences apostoliques aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Compagnie.

En point d’orgue, la période couvrant ses études jusqu’à sa nomination comme Supérieur Provincial des jésuites. Simplicité et humilité, zèle apostolique et prière intense sont donc des mots qui transparaissent en filigrane dans cette esquisse. À en croire l’auteur, c’est sans doute grâce à ‘ces dons du ciel’ qu’il a plu au Saint Siège, le 1er Août 1986, juste au lendemain de la fête de Saint Ignace et à la fin de son mandat comme Provincial, de l’élever à la dignité épiscopale en le nommant évêque coadjuteur de Monseigneur PIRISHA pour le diocèse de Kasongo dans le Maniema (p. 87).

Dans la deuxième partie du livre, le Père Dieudonné MBIRIBINDI, SJ se propose d’examiner et de méditer sur quelques traits de la personnalité du serviteur de Dieu et par-là dégager son portrait spirituel, moral et prophétique dans la caractéristique suprême de sa vie : sa mort et son martyre.

Notre auteur entend ainsi profiter de cette période sous l’habit épiscopal pour relever au grand jour le portrait de Monseigneur Christophe MUNZIHIRWA, SJ tel que les " gens simples " l’ont rencontré et connu. Pour mener à bien une telle entreprise, une analyse de sa vie dans le diocèse de Kasongo s’impose. L’auteur y voit un serviteur engagé et un promoteur de l’unité (p. 94). On notera par exemple que son action ne se limitait pas à la seule sphère catholique, elle était de l’ordre d’intérêt général, du bien commun de toute la population dont il se sentait responsable, quelle que soit l’origine, la langue, la tribu ou la religion (p. 95).

Outre ces qualités inouïes, ce sont plus les années passées au service épiscopal à Bukavu qui vont conduire Monseigneur Christophe MUNZIHIRWA, SJ au sommet du témoignage authentique de vie au service du prochain dans un chemin de simplicité, d’humilité ainsi que de don parfait (p. 97). C’est un portrait dérangeant, parfois déconcertant, d’un homme d’Église qui montre une autre face de l’Église, non plus celle qui est triomphante mais celle qui est pèlerine, servante, humble et pauvre (p. 130).

 

Mais, " le lait qu’on a trait d’une vache n’empêche pas qu’on l’égorge ", dit-on. Et la dernière partie du livre, Christophe MUNZIHIRWA : Martyr de la paix,n’en vient pas pour dire le contraire. En effet, cette dernière partie du livre retrace, interprète, médite et commente les circonstances d’une mort tragique.  Les phrases qu’utilise l’auteur sont très révélatrices : " On pourrait se demander à la suite du Père Rigobert MINANI, pourquoi Monseigneur Christophe MUNZIHIRWA, la cible, ne s’était pas sauvé, car il voyait bien le danger s’approcher " (p. 155). " Il n’y a aucun doute que Monseigneur Christophe MUNZIHIRWA est mort à cause de ses prises de position courageuses et de ses appels répétés à la paix " (p. 156). Sa mort inaugure un nouveau chemin des béatitudes que nous sommes conviés à suivre gaillardement, car il est nécessaire que la liberté ait ses confesseurs, ses martyrs, que pour elle certains soient emmurés, et que d’autres s’en aillent, pauvres, dénudés, vociférant plus que le sang d’Abel. 

 Mis en ligne le 20 juillet 2018

Evaluer cet article
(0 votes)
Lu 700 fois

Laisser un commentaire

Assurez-vous que vous entrez les informations obligatoires (*) l'endroit indique. Code HTML n'est pas autorise.

Bonne Visite

 

L'Africain

Rue L. Bernus 7

6000 Charleroi

+32 71 313 186

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

NEWSLETTER

Bonjour, Veuillez entrer vos données pour vous inscrire à la newsletter.
captcha 
Merci pour votre inscription.