newsletter à venir

  • La liberté intérieure comme fruit du discernement spirituel. Tentative d’un portrait spirituel du serviteur de Dieu Mgr Christophe MUNZIHIRWA, archevêque de Bukavu (1926-1996) 

    Thèse doctorale soutenue par le Révérend Père  Rigobert KYUNGU SJ, le 30 juin 2020, à l'Université Grégorienne de Rome.

    Un évènement joyeux après celui des ordinations presbytérale et diaconale des Pères Eric KAMBALE et Stanislas KAMBASHI, le samedi 27 juin 2020.

    L’auditoire ne devant contenir qu’un nombre réduit de participants suite aux restrictions liées à la crise sanitaire en cours, ladite soutenance s’est faite en mode semi publique. Néanmoins, la retransmission en direct sur YouTube a contribué à élargir l’audience.

    De quoi a-t-il été question dans cette thèse discutée en vue de l’obtention du titre de docteur en théologie spirituelle ? La recherche a porté sur la figure du serviteur de Dieu Mgr Christophe MUNZIHIRWA SJ, mort martyrisé le 29 octobre 1996 à Bukavu, et dont la cause de béatification avance à grands pas.

     

    Pour s’engager dans cette "aventure", l’auteur de la thèse a été motivé entre autres par le témoignage de vie de l’ancien archevêque de Bukavu. Ce dernier, à travers son engagement aussi bien sociopolitique que pastoral, a laissé des traces qui méritent d’être mises en évidence. Une autre motivation est le discernement spirituel qui caractérisait ce serviteur de Dieu. C’était, souligne le Père KYUNGU, un homme dont le discernement spirituel était au cœur de ses actions dans sa vie d’africain, de prêtre jésuite et d’évêque.

    La thèse porte le titre de "La liberté intérieure comme fruit du discernement spirituel. Tentative d’un portrait spirituel du serviteur de Dieu Mgr Christophe MUNZIHIRWA, archevêque de Bukavu (1926-1996)". Elle s’articule sur six grands chapitres. Dans un premier moment, l’auteur décrit la région des Grands-Lacs dans laquelle est né et a œuvré Mgr MUNZIHIRWA. Une description qui prend en compte la période trouble du génocide au Rwanda en 1994, mais aussi la guerre au Congo en 1996, dite la guerre de libération, ayant occasionné la chute du Maréchal MOBUTU, après 32 ans de règne.

    En second lieu, l’auteur dresse une biographie de l’ancien archevêque de Bukavu, depuis sa naissance à Burhale dans le Bushi, jusqu’à son ordination épiscopale inclusivement. Cette biographie se veut suffisamment fouillée, dans le but de contribuer à l’avancement du procès de béatification du serviteur de Dieu.  Le troisième chapitre couvre le ministère épiscopal du prélat à Kasongo où il est resté 8 ans. L’auteur a voulu mettre en exergue ces années qui sont souvent oubliées dans beaucoup de biographies. Le quatrième chapitre développe l’étape de Bukavu où Mgr MUNZIHIRWA a exercé son ministère épiscopal de manière très intense pendant deux ans, dans le contexte de guerre et ce, jusqu’à son martyre. Ici, l’auteur discute aussi la question du martyre " in odium fidei ". 

    D’autre part, la dissertation comprend une partie analytique qui scrute la figure de Mgr MUNZIHIRWA à partir de son enracinement dans la culture africaine, entre autres. Ainsi, le cinquième chapitre analyse-t-il 55 proverbes utilisés par Mgr MUNZIHIRWA, en les insérant dans les genres poétiques de la littérature orale africaine.  Pour notre auteur, Mgr MUNZIHIRWA a montré que l’Afrique est riche et que ses richesses culturelles ne peuvent être balayées ni abandonnées comme si elles n’étaient pas importantes. L’attachement à sa culture a aidé Mgr MUNZIHIRWA à intérioriser, ou mieux, inculturer non seulement l’évangile, mais aussi la spiritualité ignatienne au point de faire de lui un homme à la fois "entièrement africain et entièrement jésuite". L’auteur démontre donc que la culture africaine et la spiritualité ignatienne convergent harmonieusement dans la personne de Mgr MUNZIHIRWA. Enfin, au sixième chapitre, le discernement apparaît comme un thème clé dans la discussion, puisque, selon l’auteur, il constitue un outil efficace utilisé par le serviteur de Dieu tout au long de sa vie, générant en lui une vraie liberté intérieure. La thèse chute en dépeignant le profil spirituel de Mgr MUNZIHIRWA, affirmant que sa spiritualité se fonde sur la prière et l’Eucharistie, la dévotion mariale, l’engagement pour la paix et la justice, la pauvreté évangélique, la croix du Christ, le discernement spirituel, la liberté intérieure, l’inculturation et enfin le sens de l’Eglise.

    Au terme de la présentation par le récipiendaire des résultats de sa recherche, un dialogue s’est engagé avec le jury pour expliquer davantage et tirer au clair tous les hémisphères de ce travail scientifique. Après délibération, le jury a salué la rigueur et la qualité du travail accompli. Dans le respect des normes de la Grégorienne, le jury n’a pas immédiatement rendu public son verdict ; il appartient aux services du secrétariat de l’Université de le communiquer au récipiendaire par les voies ordinaires. Le père KYUNGU recevra donc le titre de docteur après la publication partielle ou totale de sa thèse. Profitiat !

    Pour célébrer la joie de cet évènement, les Jésuites présents à la cérémonie ainsi que d’autres invités se sont retrouvés dans la communauté du Gesù où un verre d’amitié a été partagé.

    En outre, pour joindre l’utile à l’agréable, un partage de repas a été organisé le mercredi 1er juillet 2020 dans un restaurant de la place pour célébrer avec quelques invités les trois évènements joyeux de l’ACE-Rome : thèse, ordinations presbytérale et diaconale.

    C’est par ces événements heureux que s’achève l’année académique. Se pliant aux aléas du transport aérien dans les circonstances actuelles, les uns attendent de s’envoler sous d’autres cieux, alors que d’autres ont décidé de passer l’été en Italie ou en Europe. Désormais l’ACE-Rome a un nouveau coordinateur pour l’année académique 2020-2021 en la personne de Camille MUKOSO à qui nous souhaitons beaucoup de succès dans ce service.

    Jean-Paul KAMBA, SJ

    Laisser un commentaire!
  •  

    Vingtième anniversaire de l'assassinant de
    Mgr Christophe MUNZIHIRWA MWENE NGABO 
    (01/01/1926-29/10/1996) 

    Par Jean NYEMBO, sj
    Commission Foi et Promotion de la Justice

    Bien chers amis dans le Seigneur,

    Paix à vous !

    Nous célébrons aujourd'hui, 29 octobre 2016, le vingtième anniversaire de l'assassinat de notre frère, pasteur de l'Eglise de Bukavu, Mgr Christophe MUNZIHIRWA MWENE NGABO. Mzee, comme nous l'appelions respectueusement et affectueusement, est mort sur le champ de batailles, la croix à la main comme seule arme qu'il possédait.

    Laisser un commentaire! Lire la suite...
  • Saint Nicolas et Père Fouettard : qui sont-ils ?
    Et quel est leur impact sur les enfants belgo-africains ?

     

    Par Mireille-Tsheusi ROBERT
    BAMKO asbl
     

    Connaissez-vous le "Sauvage d'Ath "? Le "Diable Magnon" ? Ou les "Basoulous de Basècles" ? Vous n'avez sûrement jamais entendu parler de ces sauvages hainuyers si vous n'êtes pas originaire de cette région. Peut-être connaîtrez-vous mieux les Noirauds bruxellois ou le Zwarte Piet anversois ? Dans l'espace francophone, Zwarte Piet, littéralement Pierrot-Le-Noir, est appelé Père Fouettard, le joyeux mais répressif compagnon de Saint Nicolas. Ces figures folkloriques souvent enchaînées, parfois affublées de cornes, dansant, chantant et vociférant à l'encontre des badauds lors du carnaval de la "Ducasse", de la fête de Saint Nicolas ou lors de la procession des Noirauds ont toutes un point commun : le maquillage en noir du visage ou le "blackface".

    Laisser un commentaire! Lire la suite...
  • CPI. Les doutes du procès BEMBA
    Y a-t-il vraiment eu crimes contre l’humanité à Bangui 
    en 2002 et 2003 ?

    Par WINA LOKONDO
    Historien, journaliste indépendant

     Le 24 mai 2008, Jean-Pierre BEMBA, sénateur et ancien Vice-président de la RD Congo de 2003 à 2006, est arrêté en début de soirée dans sa résidence de Rhode-Saint-Genèse, un quartier périphérique de Bruxelles, en exécution du mandat d’arrêt international lancé contre lui par le procureur près la Cour Pénale Internationale. Il sera transféré, après neuf jours de détention dans la capitale belge, à la prison de la CPI de Scheveningen, un faubourg de La Haye. Il y est, à ce jour.

    Laisser un commentaire! Lire la suite...
  • Analyse des enjeux de l’appartenance multiple de la RD Congo
    aux organisations internationales africaines

     

    Par       Adolphe AMANI BYENDA[1]
    Germain NGOIE TSHIBAMBE[2]

     

    Résumé : Depuis la fin de la première et de la deuxième guerre mondiale, les organisations internationales jouent  un rôle très important dans les différents secteurs de la vie à cause de leur efficacité de réponse rapide aux problèmes urgents des États. À cet égard, il s’avère, sur base de nos résultats, que l’appartenance des États à plusieurs organisations notamment sous-régionales, régionales ou intercontinentales constitue un avantage  tant sur le plan politique, économique que sécuritaire. Le présent article se fixe comme objectif, l’analyse des enjeux de l’appartenance multiple de la RD Congo aux organisations internationales africaines. À partir de cette recherche, nous comprenons que les facteurs géographique, historique, sécuritaire, économique, politique et culturel,… sont autant d'éléments qui justifient l’appartenance multiple de la RD Congo aux organisations internationales africaines.  

    Laisser un commentaire! Lire la suite...
  • MENDE, KAMBILA et les sanctions impériales

     

    Par MBELU BABANYA KABUDI

    Les sanctions prises par les USA et l'UE à l'endroit de certains membres de ''la kabilie'' ont suscité quelques réactions en son sein. L'ex-porte-parole du gouvernement démissionnaire  de MATATA PONYO, Lambert MENDE, fort de ses études de droit, les a sévèrement critiquées ce lundi 12 décembre 2016. Voici ce qu'il dit :

    Laisser un commentaire! Lire la suite...
  •  

    Cosmos EGLO, Du sang sur le miroir. Paris, L'Harmattan, 2012. 200 pages.

    Par Eddy VAN SEVENANT

    Ames sensibles s'abstenir ! De la première à la dernière page, c'est un déferlement de violences et des bains de sang toujours renouvelés que l'auteur nous propose ici afin d'illustrer la situation déplorable de certains pays africains post-coloniaux, livrés à toutes les turpitudes de leurs "élites", sanguinaires à souhait et soutenues à bout de bras par des puissances extérieures (dans le cas présent la France et les USA) qui y trouvent l'opportunité de garder la main sur le pays tout en n'y étant plus officiellement présentes.

    8 comments Lire la suite...
  •  

    Par Modeste WASSO

    Griet BROSENS, Du Congo à l’Yser. 32 soldats congolais dans l’armée belge durant la Première Guerre mondiale. Traduit du néerlandais (Belgique) par Charles FRANKEN. Waterloo, éditions Luc Pire (www.editionslucpire.be), 2016. 271 pages. 24,90 €

    Voici un livre qui ouvre une page de l’histoire commune à la Belgique et au Congo des années  1914-1918. "Du Congo à l’Yser"  relate  l’histoire, longtemps occultée, des Congolais arrivés en Belgique, à la fin du 19ème siècle (les premières arrivées datent de 1885) en tant que militaires et qui ont combattu sous le drapeau belge pendant la première guerre mondiale, 1914-1918.

    Laisser un commentaire! Lire la suite...
  • Par Eddy VAN SEVENANT

    Collectif, État des résistances dans le Sud : Afrique. Alternatives Sud (Revue trimestrielle). Volume 23-2016/4. Centre Tricontinental  (Louvain-la-Neuve) et Éditions Syllepse (Paris) – 215 pages. 13 €

    Cet ouvrage fait partie d'une série qui fait le point régulièrement sur les oppositions politiques, féministes, paysannes, etc. aux régimes en place dans différents pays du Sud, principalement d'ailleurs sur le continent africain.

    Laisser un commentaire! Lire la suite...
  • Groupes armés et problématique de développement
    du territoire de Fizi (RD Congo)


    par BAWILI LUKELE Tango
    département des Sciences Politiques et Administratives 
    Université Officielle de Bukavu
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    Résumé : Par leurs actions, les groupes armés ont influé et influent négativement sur le développement de ce territoire ; ils y créent une instabilité permanente depuis de longues années. Cette instabilité entraîne des conséquences désastreuses notamment sur les plans politique, administratif, sécuritaire, économique, etc. Cet état des choses empêche les pouvoirs publics et les populations locales d'exploiter les multiples potentialités naturelles en vue de booster son développement. Ceci explique dans une certaine mesure le sous-développement de ce territoire. De ce fait, il importe que l’État se réveille, rétablisse la paix et suscite le développement de ce territoire en impliquant les populations locales.

    Introduction    

    Depuis plus d’une décennie, l’est de la RD Congo est en proie à une instabilité sécuritaire dont les causes sont à la fois internes et externes. L’ampleur et les effets de cette situation sont différemment vécus d’une province à une autre. Au Sud-Kivu, l’émergence et la résurgence des groupes armés entraînent une instabilité sécuritaire qui, par conséquent, étouffe les actions du développement. 

    1 comment Lire la suite...

Obstacles à la quête du père présumé légalement inconnu : cas des métis du Congo belge et du Ruanda-Urundi

Par Françoise THIRY et ASSUMANI BUDAGWA

Introduction

Pendant la période coloniale belge, des unions ont eu lieu entre Blancs et Noires. Elles ont donné naissance à des enfants métis péjorativement appelés "mulâtres". Jusqu’à la veille des indépendances du Congo, du Rwanda et du Burundi, la présence de métis a constitué une préoccupation majeure et même une véritable affaire d’État. Considérés comme une menace pour le prestige racial du colonisateur blanc et la pérennité du régime colonial, de nombreux enfants métis ont été abandonnés par leurs géniteurs blancs aux mains de leurs mères africaines.

L’État a ensuite décidé d’arracher ces enfants à leur milieu maternel dit "indigène"  pour les acheminer dans des institutions "philanthropiques" de type orphelinats aux mains de congrégations religieuses dans le but de soulager leur conscience et d’étouffer très tôt toute velléité de révolte.

C’est loin de leur lieu de naissance et de tout repère familial que beaucoup d’entre eux ont vécu jusqu’à l’âge adulte, sans statut d’état civil particulier et parfois avec la modification de leurs patronymes d’origine, des indications erronées et même volontairement falsifiées. Ces métis ont grandi avec la conviction d’être orphelins de père et de mère ou d’avoir été abandonnés.

Le besoin de se reconstruire, la quête d’identité  a poussé certains métis à amorcer la recherche de leurs origines, de leurs mères et aussi de leurs pères.

Cette quête, commencée à l’âge adulte, est souvent longue. Elle rencontre de nombreux obstacles et même des impasses notamment lorsque le père présumé a refait sa vie ou est déjà décédé. 

Une métisse aujourd’hui âgée de plus de soixante ans a réussi à rassembler les éléments qui fondent la certitude de l’identité de son père biologique blanc aujourd’hui décédé. Elle a cherché à se rapprocher de ses demi-frères et demi-sœurs dont la méfiance semble justifiée par l’ignorance de l’existence d’une demi-sœur métisse et l’image d’un père ancien administrateur territorial honorable et irréprochable.

Cette méfiance s’est traduite par la question posée par le demi-frère aîné : "Pourquoi, alors qu'elle était en Belgique, n'a-t-elle pas cherché à contacter son père présumé au moment où il était encore en vie ?". Cet article a pour objet de répondre à cette question et ce, de manière plus globale.  

Nous tenterons dans un premier temps de relever les raisons avancées par les métis eux-mêmes à travers leurs divers témoignages. Dans un second temps, il s’agira d’interroger le reproche implicite de la question posée telle quelle. Et enfin, nous tenterons d’élargir ce questionnement au problème de la recherche du père qui se révèle omniprésente, évoquée ou esquissée dans les témoignages recueillis qui montrent dans tous les cas que la recherche de ce père présumé,  inconnu, supposé ou très connu peut charrier des souffrances et recouvre des blessures à peine cicatrisées.

Les éléments relevés sur base des témoignages

Le premier obstacle mis en évidence est l’expression de la peur. Pour l’un, se présenter vivant à un père – qualifié de très puissant - ayant poussé sa mère à avorter, constituerait un scandale, une honte. Un autre témoin soulève la peur d’être rejeté par les familles d’accueil ou adoptives si ces dernières découvraient ses velléités de rechercher le géniteur européen. En effet, cette quête identitaire serait perçue par les familles comme une trahison. Enfin, un métis évoque la peur que cette quête du père soit comprise, vécue et ressentie par les familles africaines comme un rejet de son africanité.

Le second obstacle identifié est l’expression du doute sur l’identité véritable du géniteur. Certains métis se demandent si la personne qui les a déposés à l’orphelinat ou dans un couvent était le géniteur, un proche, un ami ou une simple couverture. D’autres n’osent imaginer ce qu’il adviendrait si un test ADN démontrait que le géniteur présumé n’est pas le vrai. Par ailleurs, un autre témoin raconte avoir été inscrit par son géniteur sous le nom d’un autre Européen notoirement connu pour avoir eu des enfants avec plusieurs femmes africaines.

Enfin, un métis témoigne également avoir été confié à une femme déjà mère d’un enfant métis et mariée avec un Africain. Cet enfant a cru longtemps être du même père que l’autre enfant métis.

Le troisième obstacle  est l’expression de la résignation. Un certain nombre d’enfants métis se déclarent orphelins et à ce titre se refusent le droit de chercher l’identité de pères supposés décédés dans des circonstances qu’ils ignorent, personne ne voulant dévoiler leur identité sous prétexte de les protéger. Dans le même sens, des métis ont grandi avec la certitude d’avoir été abandonnés. Parfois, sous la pression de l’entourage, ou la découverte d’un bout de papier, ou surprenant des bribes de conversation, ou encore ayant eu vent d’indiscrétions, se crée en eux un déclic, provoquant une révolte qui enclenche le processus de la quête. Mais pour d’autres métis, refuser toute forme de recherche du père peut être interprété comme une façon de s’auto-protéger et d’affirmer leur volonté de s’en sortir seuls.

Le quatrième obstacle avancé est la conscience de provoquer un drame au sein des familles du père. C’est le cas, en effet, d’un enfant métis adultérin qui, sachant les remous que sa découverte provoquerait dans la vie du père, a renoncé longtemps à rechercher ses traces pour ne pas perturber la quiétude de la famille paternelle.

Renoncer consciemment pour protéger le père ? Et/ou renoncer inconsciemment pour se protéger d’un face-à- face avec ce père présumé ?

Le cinquième obstacle majeur est l’image du père dans le parcours du métis. La tenace conviction que remuer ciel et terre pour ce présumé père n’en vaut guère la peine est en partie une des raisons pour lesquelles la plupart des métis tardent à entamer des recherches. En effet, pourquoi s’évertuer à retrouver les traces d’un homme que l’on estime lâche, que l’on soupçonne de viol, que l’on qualifie d’irresponsable ou que l’on désigne tout simplement comme un salaud ! Pourquoi s’efforcer de chercher un père qui n’a pas levé le pouce ni à la naissance, ni par la suite ? Et s’il a reconnu l’enfant et lui a donné son nom avant de disparaître, que ne s’est-il soucié de le retrouver et de s’inquiéter de son devenir ?

Le sixième obstacle concerne la persévérance dont on doit s’armer pour s’engager dans cette mission quasi impossible qu’est la quête d’un père non identifié, bien caché sous un monceau de documents falsifiés. Il en faut de la ténacité et de la patience pour garder la tête hors de l’eau tout en continuant à nager dans une mer de faux papiers, de lieux divers, de déplacements fréquents sans traçabilité possible ; sans oublier que les institutions d’accueil, qu’ils soient orphelinats, internats ou associations de bienfaisance, se sont ingéniées à décourager toutes recherches et à ne rien dévoiler sur ce géniteur blanc - à le protéger à n’importe quel prix !

Enfin, même en disposant d’éléments comme le nom du père présumé, il faut un long temps, en particulier - un temps psychologique – pour accepter l’idée de rechercher ce père, de se décider à recueillir des  informations, de trier dans tout cet océan de mensonges et de non-dits, les parts de vérités et les parts occultées. Il faut du temps pour digérer la violence de certaines informations ; du temps pour trouver les bonnes personnes aux bons moments qui vont vous aider et vous soutenir dans cette recherche. Et si l’on retrouve ce père, il faut du temps pour trouver son adresse, le contacter, attendre une éventuelle réponse à une éventuelle rencontre qui permettrait de mettre un visage, une voix, une silhouette à ce fantôme pourtant bien réel.

Le temps passe et pour certains, il est trop tard, la rencontre n’aura jamais lieu.

Questionner la question de départ

Abordons maintenant la question posée et qui nous a mis à ce travail. Ainsi posée sous forme d’un reproche implicite, cette interrogation nous semble en soi une donnée significative de plusieurs éléments importants à relever.

Cette question s’inscrit dans  un contexte où des générations ont vécu dans le déni de la colonisation. Si les nouvelles générations ont un accès illimité à des informations via les nouvelles technologies, les métis qui étaient en quête de leurs origines dans les années 70 à 90 étaient loin d’avoir les informations nécessaires à portée de main ! Surtout lorsqu’arrivés devant la porte des lieux où leurs dossiers étaient conservés, l’agent d’accueil ou le préposé aux archives disaient aux enfants à la recherche de leur père : "désolé, c’est un dossier classé secret".

Par ailleurs, cette même question rend compte d’une méconnaissance de ce qu’était l’esprit d’une époque marquée par une politique coloniale où le métissage n’était en rien associé à l’idée d’une enrichissante diversité multiculturelle mais plutôt à une dégradation de la race blanche !

En outre,  cette question n’a de sens que dans le contexte actuel où le postulat démocratique de base est de se référer à un modèle parental suggérant un rapport de force égalitaire entre homme et femme, entre noir et blanc, modèle qui, sous la colonisation, était, rappelons-le, une incongruité !

Cette question, telle qu’elle est posée, suppose comme une évidence que tout enfant en recherche de paternité ait un accès libre aux données relatives aux conditions de sa naissance ; ce qui n’est d’ailleurs toujours pas le cas pour les enfants nés sous X ou ceux nés par procréation artificielle. Le point commun de ces situations diverses est qu'elles ont toutefois toutes une même motivation : la protection de l’identité des pères et ou des parents.  Ces situations actuelles montrent à quel point notre société ne remet en rien ce postulat de base : "qu’il est normal" que les enfants aient la charge de supporter la recherche de leurs parents. Tout le monde estime évident que les descendants  portent le poids de la quête identitaire avec toutes les souffrances qu’elle génère. Or, c’est bien l’idée même de la recherche identitaire qui est révoltante !

N’y a-t-il pas en filigrane sous la non remise en question de cette quête envisagée sous la figure de "l’enfant en manque de …" des présupposés vieux comme le monde qu’on ne se donne pas la peine de revisiter fondamentalement, à savoir la supériorité "de droit" de l’enfant légitime sur l’illégitime ? Que dire donc des enfants métis qui ont remporté la palme de toutes les acceptions du terme "illégitime" ?

Est-ce normal qu’une société qui se targue de ses "Droits de l’Enfant" et de ses "Droits de l’Homme" exige de "certains" enfants de se bouger, de se démener, et de traverser des chemins très caillouteux pour réclamer une "vérité" très parcellaire que tous les autres enfants ont à portée de main, chaque jour de leur vie ? À savoir, les noms du père, de la mère et les circonstances de leur présence dans ce monde !

Comment comprendre ce reproche implicite de ceux qui, en substance, s’étonnent que les métis ne se soient pas levés assez tôt pour non seulement regarder en face l’homme qui, à leur naissance les a reniés – pour la plupart-, qui, dans leur enfance, les a relégués dans des orphelinats spécifiques ou encore a obligé les mères à les cacher pour éviter un "rapt" qui, sous la colonie, semblait être "légal" ?

Puissions-nous rappeler à  ce Monsieurqui se pose la question de la réaction "tardive" des métis vis-à-vis des pères, que découvrir ce père, associé à ce régime immonde – même si ce père pouvait être gentil, aimable, intelligent et peut-être aimant -, c’est aussi accepter cette vérité longtemps tue, qu’en définitive, les métis étaient l’enjeu d’un secret national et international ? Retrouver le père pour les métis, c’est ouvrir les yeux sur ce qui se joue au-dedans et au dehors de leur propre peau ; regarder une à une les flèches que ce père leur a décochées et une à une les retirer devant ce père.

C’est donc l’Histoire des pays colonisés que les métis ont dans la peau. Et comment avoir envie de réparer le lien avec un père implicitement ressenti comme la figure de l’ennemi des mères africaines alors que ce pays où les métis ont dû devenir des adultes n’a jamais reconnu leur histoire ? Qu’ont  fait la majorité des pères pour les métis ? Ont-ils pris la parole un jour pour leur expliquer pourquoi ils étaient là – sans eux ?

N’y aurait-il pas dans ce reproche implicite un non-dit en filigrane, le soupçon que ces métis ne se soient pas levés assez tôt pour "remercier" ce père, ce pays, cette Europe de les avoir sauvés de la "barbarie" ?

Il est étonnant de ne jamais entendre la question suivante : "Alors que la plupart des mères, malgré l’éloignement forcé de leur enfant, ont pour la plupart, tôt ou tard, manifesté un jour ou l’autre, le désir de revoir leur enfant métis, pourquoi les pères qui vivaient en Belgique et donc à proximité de leurs enfants ne se sont jamais ni signalés, ni n’ont  encore moins entamé des démarches pour les contacter ? "

Une lecture possible du silence des pères

Peut-être faudrait-il comprendre comment les pères au retour d’Afrique ont été accueillis en Belgique.

Rappelons que les pères reviennent à l’heure où des critiques virulentes du régime colonial font rage ; des pavés sont jetés dans la rue contre l’ancien monde incarné par de GAULLE en France qui, très stratégiquement, lance un "Je vous ai compris" à l’Algérie. Les pères, ces colons d’Afrique, rentrent dans leur propre pays, mais un pays hostile à ce qu’ils représentent.

Revenus d’Afrique, ce statut de "très puissant" n’a plus cours en Belgique où pour les pères le monde se divise désormais entre "ceux qui sont partis" et "ceux qui sont restés". Visiblement un gouffre sépare ces deux univers. Peut-être que la honte des pères vient aussi de là, de la réduction à rien de leur puissance, dans leur propre pays ! Pourquoi n’ont-ils jamais réagi des dizaines d’années après leur retour ?

Pendant que les pères vivaient en Afrique, les familles qui sont restées en Belgique ont été bercées par le chant glorieux de la propagande coloniale, les fidèles de LÉOPOLD II qui font des actions "civilisatrices chez  les barbares". Comment dès lors, les pères, une fois revenus dans leur patrie, auraient-ils pu avouer qu’ils avaient eu avec des femmes noires des enfants non déclarés ? Les familles voient en leurs colons prodiges des sauveurs, des civilisateurs, de bons chrétiens et non des fornicateurs !

Comment les pères auraient pu parler ouvertement de ces enfants "secrets" en Belgique. Avouer l’innommable. Les colons se retrouvent dans des cercles fermés où, coincés dans les temps figés d’un monde parfait de la Colonie, ils se revendiquent de leur africanité en parlant le Lingala, le Swahili, le Kirundi, le Kinyarwanda ; ils font des arrêts sur images – toujours les mêmes – les magnifiques collines, les parcs animaliers, les mêmes personnes connues, les mêmes moments inoubliables et parfois le souvenir du "boy" ou de la "boyesse"…Ils sont aussi là les pères qui, sous le masque de l’Africain blanc, se taisent encore et toujours lorsqu’un métis devenu adulte tente de tirer de l’anonymat le père présumé.

Peut-être est-ce sur ce silence dans lequel la plupart des  acteurs de la colonisation se sont enfermés qu'il faudrait s’attarder ; car derrière ce même silence se cache une myriade de réalités troubles et non élucidées. Hormis les rarissimes pères – héroïques hors-la-loi – qui ont aimé les mères africaines au point de les ramener en Belgique avec tous les enfants métis, ou ceux qui les ont reconnus et ont vécu avec eux en Afrique, la plupart des métis ont été noyés dans tous ces silences, ceux des mères, des pères, des administrations, des familles d’accueil, des familles adoptives, de l’Église et ajoutons, de la Royauté belge.

Ce silence des pères, les métis l’entendent aussi comme l’effet possible de la honte d’avoir été complices, les maîtres d’œuvre, les ouvriers zélés au service d’une politique que leurs enfants métis ont subie comme un rouleau compresseur !

D’une politique de dissimulation ne peuvent naître que des mensonges, des erreurs, des perceptions fausses, des tâtonnements, des perturbations mais aussi des violences, des dénégations, des révoltes, des révisions de l’histoire et de la haine. Les métis savent ce qui les attend à l’issue d’une enquête où la falsification de tout ce qui concerne leur identité a été soigneusement orchestrée. Et parce qu’ils savent, ils attendent aussi d’être prêts "à tout entendre". Parfois, une telle préparation dure des années, beaucoup d’années, toute une vie.

Et malheureusement (ou heureusement !) lorsque certains sont prêts, il est trop tard.

Conclusion

La reconnaissance officielle de l’histoire des métis ne permettrait-elle pas de sortir de ces silences ? Et les premiers qui auraient dû parler, n’est-ce pas les pères ? Mais quand ont-ils pris la parole officiellement ? Quand les avons-nous entendus parler de leurs enfants métis ? Quel accueil l’État a-t-il réservé à ceux d’entre eux qui ont osé réclamer des droits pour leurs enfants métis (Allocations familiales, admissions dans les écoles de régime métropolitain réservées aux seuls enfants blancs jusqu’en 1948…) ?

Et encore aujourd’hui, combien d’entre eux encore en vie sont prêts à témoigner d’une paternité considérée comme une trahison de la mère patrie, comme une faute irréparable, un péché, une décadence ?

 

Qui s’y est pris tardivement ? Les enfants ? Ou les pères ?

 

Lu 1488 fois
Super User

Nunc dictum rutrum accumsan. Maecenas tempor pellentesque dolor, ut vehicula justo luctus a. Nullam neque nulla, rutrum ac volutpat in, dapibus quis justo. Integer semper faucibus neque, eget rhoncus diam interdum ut. Nulla id ante mauris. Sed eleifend ante eget diam gravida ultrices. Pellentesque sollicitudin nisl vel massa lacinia at dictum quam accumsan.

Laisser un commentaire

Assurez-vous que vous entrez les informations obligatoires (*) l'endroit indique. Code HTML n'est pas autorise.

Bonne Visite

 

L'Africain

Rue L. Bernus 7

6000 Charleroi

+32 71 313 186

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

NEWSLETTER

Bonjour, Veuillez entrer vos données pour vous inscrire à la newsletter.
captcha 
Merci pour votre inscription.