FDescription : C:\CACEAC\Site L'Africain\photos\2014\livresrecenses\Migrer.JPG

Frank CAESTERCKER et Andréa REA (éditeurs),

Migrer pour un diplôme.

Les étudiants ressortissants de pays tiers à l'UE dans l'enseignement supérieur belge. Louvain-la-Neuve, Academia-Harmattan s.a, 2012. 268 pages.

 L'immigration étudiante, bien qu'importante par ses objectifs, ne représente qu'une petite partie des flux migratoires contemporains et dès lors, n'a pas souvent été traitée dans la littérature. Cet ouvrage vient donc à point pour combler une lacune, son intérêt est dès lors évident. Un bémol toutefois : les chiffres qui sont ici présentés ont été collectés avant 2006 et il faut supposer que l'évolution institutionnelle belge étant ce qu'elle est, des changements ont dû se produire, pas toujours pareils au Nord et au Sud du pays. De plus, la part des étudiants venus des pays en développement a certainement continué à se réduire par rapport à celle des étudiants venant de l'Europe de l'Est, de la Chine et des États-Unis. Mais ceci étant dit, l'étude analyse de façon très précise et très intéressante l'histoire et la sociologie de l'immigration étudiante en Belgique.

             Dans la première partie (ch.1), les auteurs s'étendent sur les motifs historiques de cette migration depuis 1830 : la renommée de nos écoles supérieures au XIXème siècle, l'attrait de l'Occident, maître du monde à cette époque, la langue française, atout important, les liens culturels, le coût de la vie très raisonnable chez nous, l'acceptation des femmes, ce qui n'était pas la règle partout, des raisons politiques (les Juifs persécutés par exemple), etc.

              La seconde partie (ch.2 et 3) fait la part belle aux statistiques : les auteurs analysent le profil de ces étudiants migrants, l'origine, le sexe, les domaines d'études, leur logement, leur financement, leur statut personnel chez nous, leurs possibilités de travail, etc. On peut regretter que les nombreux graphiques (en noir et blanc) soient parfois difficilement lisibles  car les nuances de gris se confondent et cela manque de clarté.

               Le chapitre 4 enfin approfondit les motivations des étudiants, les réseaux familiaux et institutionnels sur lesquels ils peuvent s'appuyer, les possibilités d'installation dans les pays d'accueil, principalement en Belgique, et la diversité des carrières étudiantes.

              Un des attraits de cet ouvrage réside dans le fait qu'une série d'étudiants sont interrogés et expliquent leur cas de façon très vivante, ce qui contraste avec les parties techniques et leurs avalanches de chiffres. De nombreuses notes de bas de pages permettent d'éclairer judicieusement certains points soulevés et donc, dans l'ensemble, cet ouvrage peut rendre de grands services à tous ceux qui sont engagés dans la problématique des étudiants migrants en leur fournissant une base de réflexion pour leur travail quotidien.

 

E. VAN SEVENANT

Laisser un commentaire

Assurez-vous que vous entrez les informations obligatoires (*) l'endroit indique. Code HTML n'est pas autorise.

Bonne Visite

 

L'Africain

Rue L. Bernus 7

6000 Charleroi

+32 71 313 186

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

NEWSLETTER

Bonjour, Veuillez entrer vos données pour vous inscrire à la newsletter.
captcha 
Merci pour votre inscription.