ASSUMANI  BUDAGWA, Noirs – Blancs, Métis.La Belgique et la ségrégation des Métis du Congo-Belge et du Ruanda-Urundi (1908-1960). 2014, 386 pages. Préface de Colette BRAECKMAN.


Deux événements tragiques, apparemment sans lien entre eux, sont à l’origine de ce livre. Le décès suite aux mauvais traitements lui infligés par un couple belge, du petit Oscar, un jeune congolais métis âgé de 4 ans ; et  l’enlèvement de deux enfants métis partis avec leur père à Alger au grand dam de leur mère belge restée en Belgique. Ces deux événements ont, en quelque sorte, mis la puce à l’oreille car ils ont rappelé à l’auteur l’histoire des enfants que sa cousine a eus avec un Européen qui vivait dans la région de Bukavu : deux filles. L’une, la cadette, est  kidnappée et emportée de force en Belgique. Elle avait 4 ans.

L’autre, l’aînée, faisait partie des métis de l’internat de Save (au Rwanda) qui avaient été transférés en Belgique la veille des troubles ethnico-politiques de 1959. C’est en recherchant à retrouver leur trace, en Europe, que l’auteur décide d’écrire un livre portant sur les Métis du Congo-Belge et du Ruanda-Urundi.  

Au moment où il se lance dans l’aventure, la tâche est ardue d’autant plus qu’à cette époque-là, il existait très peu  de travaux de synthèse cohérente sur le sujet. Il se lance dans une longue recherche qui l’amènera en France,  en Allemagne et dans les sièges des multiples associations qui s’occupaient des métis en Belgique, accumulant  témoignages et documents divers, notamment des témoignages des métis eux-mêmes, des  témoignages des mères et des femmes qualifiées, souvent à tort, de ménagères et de prostituées, des témoignages de ces messieurs qui  ont été accusés d’avoir trahi l’œuvre coloniale et la morale, des témoignages des missionnaires et des responsables des œuvres caritatives qui ont eu le courage de récupérer, d’encadrer et d’éduquer des métis,  des témoignages des familles européennes qui ont adopté des métis abandonnés par leurs géniteurs "irresponsables" … Le livre contient également de nombreuses indications, précieuses pour quelqu’un qui s’intéresse à ce sujet, sur les publications et archives officielles et sur d’autres travaux généraux, mémoires de licence et études diverses portant sur la question raciale dans la colonie belge. L’étude comporte dix chapitres. Fort documentés, ils se donnent tous pour objectif de rendre intelligible le problème de métissage, problème complexe et largement occulté.

De ses recherches, l’auteur tire les conclusions suivantes : le sort des métis du Congo-Belge et Ruanda-Urundi est déterminé par la "barrière de couleur".  C’est une forme  de racisme qui a toujours été nié mais semble réel aux yeux de l’auteur.  Selon lui, il  a caractérisé toute la politique coloniale belge.  Le sort des métis du Congo-Belge et du Ruanda-Urundi résulte également de la perception que l’on se fait d’eux et du danger qu’ils pouvaient constituer pour les intérêts de la Métropole. Cependant,  de nombreuses initiatives ont été prises en faveur des métis. Elles se justifient par le sens du profit et de l’honneur. Le livre a le mérite de tracer le contexte de l’émergence de la question "Métis", les discours et les débats qu’elle a suscités ainsi que les diverses actions philanthropiques ou autres qu’elle a produites.  

 

Modeste WASSO

Evaluer cet article
(0 votes)
Lu 3941 fois

Laisser un commentaire

Assurez-vous que vous entrez les informations obligatoires (*) l'endroit indique. Code HTML n'est pas autorise.

Bonne Visite

 

L'Africain

Rue L. Bernus 7

6000 Charleroi

+32 71 313 186

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

NEWSLETTER

Bonjour, Veuillez entrer vos données pour vous inscrire à la newsletter.
captcha 
Merci pour votre inscription.